Écritures

Le projet

Une production RHIZOME et TRANSCULTURES

en partenariat avec le CRILCQ

┌ les 30 novembre et 1er décembre 2017
┌ à la Coopérative Méduse, la Maison de la littérature et La Chambre Blanche

#Écritures2017

► Programme complet de l’événement


Conçu conjointement par Rhizome et son partenaire belge Transcultures, avec qui a été pensé et créé cet événement de diffusion, le projet Écritures entend convoquer, alternativement et à tous les deux ans, la langue poétique et littéraire sous toutes ses formes. Après deux éditions à Mons (Belgique) en novembre 2014 et 2016, et une première édition québécoise réalisée en mai 2015, la présente édition tenue à Québec en 2017 confirme la pertinence et l’intérêt de telles rencontres collaboratives.

CRÉATION ▪ trois résidences de création sur la littérature et le son

MONSTRATION ▪ sorties de résidence et présentation de travaux de recherche

RÉFLEXION ▪ journée de réflexion « Sortir la littérature du livre par le numérique »

S’ajoutent à ces trois propositions : un laboratoire expérimental proposé par L’Exil, un centre de création de spectacles littéraires basé à Rimouski, de même qu’une installation audio-vidéo-poétique réalisée par Philippe Franck (Transcultures) avec la participation du poète français Charles Pennequin.

Programmation de l’événement Écritures

┌ Novembre : travail de création en studio ┐

Résidences de création de trois duos sur la littérature et le son

1er au 15 novembre 2017  Vanessa Bell et Étienne Baillargeon (Québec)
16 au 30 novembre 2017  Vincent Tholomé et Maja Jantar (Belgique)
 20 au 30 novembre 2017  Chantal Neveu (Québec), Nicolas Tardy (France), Mériol Lehmann (Québec)

Atelier d’exploration

29 et 30 novembre 2017 Le trio rimouskois Isabelle Blouin-Gagné, Cylia Themens et Rémy Vaillancourt en compagnie de Magali Babin

______________

┌ 28 novembre au 3 décembre 2017 ┐

En diffusion continue  ► Maison de la littérature

  Installation vidéo-poétique Spectacle, de Philippe Franck, avec Charles Pennequin en complicité avec Zoé Tabourdiot

┌ Jeudi 30 novembre 2017 ┐

17 h – 19 h (sur invitation   La Chambre Blanche

 Cocktail de bienvenue avec présentation des travaux de recherches théoriques et pratiques de Boban et Symon Henry

À partir de 19 h 30  ► salle Multi et studio d’Avatar, coopérative Méduse

 Sortie de résidence du projet Dans l’architecture, de et avec Chantal Neveu, Nicolas Tardy, Mériol Lehmann
 Présentation d’extraits du spectacle La face cachée de la lune et autres clairs-obscurs de et avec Isabelle Blouin-Gagné, Cylia Themens et Rémy Vaillancourt

┌ Vendredi 1er décembre 2017 ┐
┌ Maison de la littérature

9 h – 17 h 

 Journée de réflexion sur le thème « Sortir la littérature du livre par le numérique »

À partir de 17 h 30

 Présentation de l’installation vidéo-poétique Spectacle, de Philippe Franck avec Charles Pennequin
 Sortie de résidence du projet Brève rencontre, du duo Vincent Tholomé et Maja Jantar
 Sortie de résidence du projet TP4307, du duo Vanessa Bell et Étienne Baillargeon

______________

↪ Pour s’inscrire à la journée de réflexion du 1er décembre, svp confirmer votre présence à info@productionsrhizome.org. L’activité est gratuite. ↩ 

______________

PDF  Écritures – Programme complet de l’événement

 TP4307

Une exploration sonore, numérique et textuelle
de Vanessa Bell et Étienne Baillargeon

Coproduite par RHIZOME
​et LE CUBE – centre de création numérique

Au studio de création de la Maison de la littérature
┌ En résidence du 1er au 15 novembre 2017
┌ Sortie de résidence le 1er décembre 2017

Comment naît le poème? Peut-il trouver écho sensible chez les machines? Sont-elles capables de poésie?

Autant de questions que d’avenues à explorer dans cette performance littéraire où artiste sonore et poète s’essayent à la création en direct d’une œuvre collaborative machine-humain.

TP4307 est d’abord et avant tout un fantasme de créateurs. Au cœur de la proposition, la volonté d’explorer l’articulation de la synthèse sonore et l’analyse sonore du texte dans un espace défini où la matière première du spectacle — les mots — sont traités à importance égale avec les éléments constituants la performance.

Le but des deux performeurs : créer un langage qui leur est propre en alliant leurs formations musicales, littéraires et numériques.

______________

 Vanessa Bell (Québec) 

Active au sein des communautés artistiques du Québec, la parole de Vanessa Bell fait écho aux radios CHYZ, CKIA et CKRL où elle traite littérature et danse contemporaine. Militante, ses mots sont également portés par diverses revues féministes. À la fois auteure, commissaire et animatrice, sa pratique plurielle l’a amenée à présenter son travail et nombre de collaborations dans divers lieux et pays, dont le Musée national des beaux-arts de Québec, le festival littéraire Québec en toutes lettres, la Maison de la littérature de Québec, Le Cube – centre de création numérique et le Lieu | Centre en arts actuels. En décembre dernier est paru Impermanence, livre d’artiste du réputé photojournaliste Renaud Philippe pour lequel elle signe la suite poétique et qui a remporté un prix au prestigieux Communication Arts. Le numéro poésie de Françoise Stéréo ainsi que le lancement-performance Chambres, présenté dans le cadre du Mois de la poésie de Québec, ont tous deux été réalisés sous sa direction littéraire et artistique. Avec le soutien de Rhizome et La Maison de la littérature, elle a pris part à une résidence de recherche au Cube – centre de création numérique en novembre dernier en collaboration avec l’artiste pluridisciplinaire Étienne Baillargeon. Une première étape de ce travail a été présentée au Festival de poésie de Montréal. Ses projets présents conjuguent art audio, arts numériques, arts visuels, danse, performance et poésie.

 Étienne Baillargeon (Québec) 

Étienne Baillargeon est un jeune artiste multidisciplinaire très actif au sein de la communauté culturelle de la ville de Québec. Au terme de son baccalauréat en arts visuels et médiatiques à l’Université Laval, il est lauréat de plusieurs prix, notamment le prix La Chambre Blanche, décerné par l’organisme du même nom, qui lui donne l’opportunité d’y faire une résidence de création web en 2011. Depuis la fin de ses études, Étienne participe à plusieurs expositions, soirées de performances et événements collectifs, tant au sein de centres d’artistes reconnus que par le biais d’initiatives indépendantes. Ses créations performatives démontrant un penchant avéré pour l’expérimentation vidéo et sonore, il est appelé à collaborer avec des artistes tels qu’Érick d’Orion, Adam Bergeron, Pablo Rasgado, Boris Dumesnil-Poulin et Simon Paradis-Dionne. Étienne Baillargeon a présenté son travail à L’Oeil de Poisson, au Lieu : Centre en arts actuels, à La Chambre Blanche, à l’Autocart des arts visuels, ainsi qu’à Incident.net, en France. Le spectre de ses activités artistiques l’amène à s’investir dans plusieurs volets culturels : création, recherche, bénévolat, archivistique, perfectionnement et entrepreneuriat. Étienne vit à Lévis et travaille à Québec, à Lévis ainsi qu’à Saint-FérréollesNeiges.

______________

 

Le Cube – centre de création numérique recevait le duo Bell/Baillargeon en résidence croisée en novembre 2016.

Brève rencontre

Une lecture performée et musiquée pour deux voix
de Maja Jantar et Vincent Tholomé

Au studio de création de la Maison de la littérature
┌ En résidence du 16 au 30 novembre 2017
┌ Sortie de résidence le 1er décembre 2017 


BRÈVE RENCONTRE est une lecture performée et musiquée pour deux voix, deux textes, des instruments de musiques insolites ou amplifiés et, éventuellement, du mobilier de salon. Le projet se base sur un canevas simple qui est reproduit de représentation en représentation. Cependant, il est en constante évolution, variant selon les contextes, les espaces, le mobilier mis à disposition, la durée qui est octroyée, l’humeur du moment. Aussi pourrait-on définir Brève rencontre comme une lecture performée et musiquée en constante tension qui glisse, à tout moment, d’un temps extrêmement écrit à un temps extrêmement improvisé.

Brève rencontre est une fiction sonore qui explore, à sa façon, un fantasme qui unit un homme et une femme, parfaitement inconnus l’un pour l’autre. La présence de textes et de décor, les vêtements utilisés, la trame narrative, etc., apparentent Brève rencontre à un spectacle théâtral. Cependant, l’usage qui est fait des voix, des musiques et des chants apparente également Brève rencontre, à un « spectacle » de poésie sonore. 

BRÈVE RENCONTRE est une lecture performée et musiquée pour deux voix, deux textes, des instruments de musiques insolites ou amplifiés et, éventuellement, du mobilier de salon. Le projet se base sur un canevas simple qui est reproduit de représentation en représentation. Cependant, il est en constante évolution, variant selon les contextes, les espaces, le mobilier mis à disposition, la durée qui est octroyée, l’humeur du moment. Aussi pourrait-on définir Brève rencontre comme une lecture performée et musiquée en constante tension qui glisse, à tout moment, d’un temps extrêmement écrit à un temps extrêmement improvisé.
Brève rencontre est une fiction sonore qui explore, à sa façon, un fantasme qui unit un homme et une femme, parfaitement inconnus l’un pour l’autre. La présence de textes et de décor, les vêtements utilisés, la trame narrative, etc., apparentent Brève rencontre à un spectacle théâtral. Cependant, l’usage qui est fait des voix, des musiques et des chants apparente également Brève rencontre, à un « spectacle » de poésie sonore. 

______________

  Maja Jantar (Belgique) 

Artiste vocale, elle pratique la polypoésie. Polypoésie = poésie + souffles + arts visuels + bruits de bouche + arts sonores + land art + rituels + arts de la scène + (…) + (…) + (…) = une pratique poétique sans limite. Elle a mis en scène plus de dix opéras. Récemment, au festival ‘Other Sound’ à Moscou, elle a chanté Kafka Fragmente de Grygóri Kurtág. Elle est perméable à toute forme d’expérience, multipliant les collaborations avec musiciens, poètes, écrivains et vidéastes. Ses collaborateurs de longue date sont Vincent Tholomé et Angela Rawlings. 

 Vincent Tholomé (Belgique) 

Auteur, performeur et critique littéraire, il a publié une quinzaine d’ouvrages atypiques mêlant poésie et fiction, brassant langue écrite et langue parlée. Il a collaboré et collabore encore à divers collectifs de performeurs. Il a lu-performé ses textes en solo, duos, trios, etc., un peu partout dans l’hémisphère nord (France, Belgique, Allemagne, Hongrie, Russie, Suisse, Québec, USA). Il travaille actuellement à Igor Boïski et à Grand Parler des Fabriques et des Prairies, ouvrages où, à sa manière, il explore l’imaginaire de l’enfance. Il travaille également à Love . Stories . Spells, ouvrage constitué de petits mots d’amour laissés au coin d’une table. Ses derniers livres en date sont VUAZ (2013, Maelström éditions), Kirkjubaejarklaustur (suivi de The John Cage Experiences) (2016, Espace Nord), ainsi que le livre/CD Kaapshljmurslis (2016, Tétras-Lyre), en collaboration avec le guitariste expérimental Xavier Dubois. En 2011, il a reçu, pour le Prix triennal de poésie, l’une des plus importantes distinctions de la Communauté française de Belgique. 

© photo : Jean-François Flamey 

______________

 ​Dans l’architecture

Une performance
​de Chantal Neveu, Nicolas Tardy, Mériol Lehmann 

Produit par RHIZOME et la Maison de la poésie de Nantes
en partenariat avec Avatar

┌ En résidence du 20 au 30 novembre 2017 chez Avatar
┌ Sortie de résidence le 30 novembre 2017 à l’espace commun d’Avatar


dans l’architecture __ de la transduction __ les
mots __ traduction __ déplacements __ vie au milieu des
matériaux __ immersion __ nous sommes __ en temps réel __ en
relation __ une attention __ en commun __ parti
pris __ littéral __ placial __ acoustique __ l’espace __ des éléments
architectoniques __ textuels et sonores __ entre les corps et les
mots __ distance __ intelligibilité __ révélation des
résonances __ retournement __ molécules d’air __ atmosphère __ un
charme __ sur place

DANS L’ARCHITECTURE est un projet d’écriture et de performances littéraires collaboratif entre Chantal Neveu et Nicolas Tardy, impulsé par Rhizome en partenariat avec la Maison de la poésie de Nantes. Écrit indistinctement à quatre mains, une première étape eut lieu en ligne (reliant Montréal et Marseille), avant d’être achevée en présence l’un de l’autre lors d’une résidence d’écriture à la Maison de la poésie de Nantes — suivie d’une première lecture à deux voix au Lieu Unique le 18 octobre 2017. Si les deux auteurs ont un intérêt commun pour les enjeux de la matérialité et du montage, cette expérience littéraire est l’occasion d’un croisement des sensibilités, des méthodes et des styles de chacun. À travers une poésie en vers brefs et elliptiques et une prose sculptée par une ponctuation originale, Dans l’architecture expose une mise en relation d’expériences spatiales, de prégnance de films ou de photographies et des études sur les défis contemporains de l’architecture. Dans cette immersion architectonique textuelle est agitée la question de comment habitons-nous le monde aujourd’hui. À Québec, leur travail se poursuivra en trio avec Mériol Lehmann, dans l’espace commun d’Avatar, pour explorer les dimensions vocale, corporelle, acoustique, placiale et architectonique de la lecture.

______________

 Chantal Neveu (Montréal) 

Écrivaine et artiste interdisciplinaire vivant à Montréal, elle est l’auteure des livres de poésie La vie radieuse, Coït et Mentale (La Peuplade), Une spectaculaire influence (l’Hexagone) et èdres (É=É), et de nombreux projets littéraires interdisciplinaires — plastiques, architectoniques, scéniques ou médiatiques, seule ou en collaboration — au Québec, au Canada, en France, en Belgique, en Allemagne, en Islande et aux États-Unis.

Traduits en anglais par Angela Carr et Nathanaël, ses livres sont publiés par BookThug/Toronto. Depuis 2012, elle est membre du groupe de recherche et création Stratégies artistiques de spatialisation du savoir où elle poursuit son expérimentation basée sur le scriptage — une méthode de notation « en présence » et « sur place » — qui participe du passage de l’oralité à l’écrit à la faveur d’une recherche sur la composition mixte de la langue, une poésie littérale, nombreuse et polysémique.

Elle est régulièrement invitée à intervenir en milieux académiques — UQAM/Montréal, UBC/ Kelowna, TNSoW/Toronto, SAIC/Chicago et plus récemment à l’École d’art de l’Université Laval à Québec où elle a proposé d’examiner de plus près l’influence de l’écrit au sein des pratiques artistiques.

 Nicolas Tardy (France) 

Écrivain né en 1970 à Metz, Nicolas Tardy réside à Marseille depuis 1997. Après des études d’art et de multimédia, il se consacre uniquement à l’écriture poétique. Celle-ci combine, dans des proportions variables en fonction des textes, des bribes biographiques, des références à des œuvres visuelles (art, photo, cinéma, séries télés), des notes de réflexions et d’observations, des prélèvements issus de sources multiples. Le plus souvent en prose, la ponctuation — ou son absence — y tient une place prépondérante comme outil rythmique et élément de perturbation du sens. En découlent des publications sur différents supports – papiers ou numériques – et des lectures publiques. Il collabore parfois avec des artistes ou des musiciens sur des productions éditoriales ou des lectures-concerts.

 Mériol Lehmann (Québec) 

Né en Suisse, mais établi au Québec depuis de nombreuses années, Mériol Lehmann est artiste, enseignant et consultant en art et culture numérique. Sa pratique artistique touche notamment à la photographie, à l’art sonore et à l’art numérique, mais il a aussi beaucoup d’affinités avec la littérature, entre autres par le biais de plusieurs collaborations avec des poètes comme Annie Lafleur et Sylvain Campeau. Il s’intéresse fortement aux possibilités créatives offertes par le livre numérique et a d’ailleurs coproduit 40 000 ans et Nouveaux Médias, méthodes et pratiques chez Avatar, premières publications numériques éditées par un centre d’artistes autogéré au Québec. Son travail a été présenté dans de multiples centres d’artistes, festivals, et autres lieux de diffusion, tant au Canada qu’en Europe et au Japon, que ce soit sous forme d’expositions, d’installations ou de performances. Il a terminé récemment une maîtrise avec mémoire en arts visuels à l’Université Laval dont les recherches portaient sur l’esthétique systémique et le territoire, recherches qui ont abouti à la publication de Rangs, un livre numérique à propos du territoire rural québécois.

© photos : Mériol Lehmann

______________

 Maison de la poésie de Nantes (France) 

Espace de rencontres entre le public et les poètes, la Maison de la poésie de Nantes se veut un centre de ressources sur la poésie et l’écriture avec comme mandat de diffuser la poésie contemporaine auprès d’un large public. Pour ce faire, elle met en place diverses actions culturelles dont des lectures publiques, l’animation d’un centre de ressources et d’une bibliothèque publique, ainsi que des rencontres nombreuses avec des poètes de diverses tendances afin de sensibiliser et fidéliser un public. La Maison de la Poésie de Nantes a pris l’initiative de réunir plusieurs acteurs impliqués dans la création poétique afin de porter une réflexion sur les enjeux de la poésie aujourd’hui dans ses différentes confrontations avec les autres genres littéraires ou les autres arts. Éditrice de la revue annuelle Gare maritime, elle dirige également le festival MIDIMINUIT POÉSIE qui en est à sa 17e édition et qui, chaque année en automne, fait la part belle aux poésies diverses, musiques actuelles et arts visuels. La Maison de la poésie de Nantes est membre de la Fédération européenne des Maisons de Poésie.

 Avatar (Québec) 

Dédié à la recherche, la création, la diffusion et la circulation des œuvres et des artistes en art audio et électronique, Avatar offre un lieu d’échanges et d’initiatives, explore de nouveaux territoires artistiques et offre l’accès à des équipements et des compétences spécialisées. Pour soutenir la création, Avatar organise des projets, invite des artistes, engage une réflexion sur les pratiques et favorise des collaborations inédites par le biais de réseaux local et international. La création audio qui s’y pratique couvre un vaste domaine d’activités qui va de la création de dispositifs d’écoute, de l’invention d’instruments à l’installation sonore en passant par la performance, l’art radio et la sculpture sonore. Avatar participe aussi au développement de programmations d’interfaces logicielles et électroniques inédites ainsi que de systèmes d’installations interactifs et cinétiques et de performances télématiques. Situé au cœur de la Ville de Québec, dans la coopérative Méduse, Avatar est un pionnier en Amérique du Nord dans la recherche des arts audio et électroniques.

La face cachée de la lune et autres clairs-obscurs

Une exploration à trois têtes
de l’auteure Isabelle Blouin-Gagné et des musiciens Cylia Themens et Rémy Vaillancourt, supervisée par l’artiste sonore Magali Babin

Une production de L’Exil à Rimouski

┌ En atelier les 29 et 30 novembre 2017  
┌ Sortie de résidence le 30 novembre 2017 à compter de 19 h 30 à la Salle Multi du complexe Méduse

La face cachée et autres clairs-obscurs s’amuse à éclipser les frontières : celles du théâtre, de la poésie et de la musique pour commencer, mais aussi celles entre instruments de musique et éléments de décor. La portée des mots est amplifiée par le jeu des musiciens dont l’outillage est composé autant d’instruments simples que d’objets du quotidien, qu’il suffisait d’aborder autrement pour voir apparaitre la musicalité.

Accompagné par l’artiste sonore Magali Babin, ce trio de créateurs explorera sous forme d’ateliers pratiques, durant cette courte résidence de deux jours, certaines pièces du spectacle pour développer davantage les possibilités du corps comme instruments de musique et instruments scéniques. Comment penser la mise en scène de façon sonore autant que visuelle? Comment chorégraphier les mouvements pour qu’ils fassent partie intégrante d’un plus large paysage sonore? Comment mettre en corps et en musique la poésie? Voilà quelques questionnements auxquels le spectacle-laboratoire devrait apporter des réponses.

Fable poétique créée dans l’urgence de ne pas sombrer dans le désarroi post-factuel, La face cachée de la lune et autres clairs-obscurs s’offre comme une jambette au cynisme. 

______________

 Isabelle Blouin-Gagné (Rimouski) 

La poésie intimiste et engagée d’Isabelle Blouin-Gagné résonne depuis plusieurs années sur la scène de la création parlée du Bas-Saint-Laurent. Elle a coécrit, avec Sara Dignard et Stéphanie Pelletier, le spectacle littéraire Je saurai à l’allure de tes glaces le temps qu’il fera demain, présenté au Théâtre du Bic (L’Exil, 2017). Elle a récemment représenté l’Est-du-Québec au Grand Slam, à Montréal, et fabriqué le plus beau bébé du monde. Boursière à deux reprises du CALQ, elle a complété un baccalauréat en Histoire à l’Université McGill et une maitrise en Media Studies à l’Université Concordia. Elle est aussi entrepreneure et communicatrice, et a fondé en 2012 une entreprise de services-conseils en communication marketing, Le Mot juste communication. 

 Cylia Themens (Rimouski) 

Adoptée par le Bas-Saint-Laurent depuis une dizaine d’années, Cylia Themens a complété un baccalauréat en développement social et analyse des problèmes sociaux à l’Université du Québec à Rimouski. Depuis 2010, elle travaille à démocratiser l’accès à la culture en territoire mitissien, au sein du Carrefour de la littérature, des arts et de la culture (CLAC), en plus d’enseigner les percussions et d’offrir des ateliers musicaux pour des clientèles particulières. Musicienne pluriinstrumentiste, elle fait partie de la formation rimouskoise Osmündazz et s’investit activement depuis 2009 dans le groupe de percussions afro-brésiliennes Kalafüba. Elle recourt depuis l’enfance à la musique comme moyen d’expression, le langage musical et sa transmission étant partie intégrante de sa démarche. La quête de la vibration, qu’elle soit instrumentale ou émotive, constitue la trame qui alimente son existence. 

© photo : Mathieu Gosselin 

 Rémy Vaillancourt (Rimouski) 

Vogue d’une plateforme d’expression à une autre pour y faire jaillir sa sensibilité, ses pensées et son humanité. Musicien et chanteur intuitif et autodidacte, il joue de la guimbarde, du didgeridoo, de l’harmonica et de la guitare. Slameur et improvisateur, il a performé au sein de la Ligue d’improvisation de Rimouski pendant quatre ans et est actif au sein de la Ligue de slam et poésie du Bas-Saint-Laurent. Il a présenté en 2013 Avec toujours plus d’amour je t’aime, la bête, son premier spectacle solo en tant qu’auteur-compositeur-interprète. Il est aussi naturopathe et massothérapeute.

 Magali Babin (Montréal) 

Compositrice, artiste sonore et commissaire d’événements en art audio, elle s’est produite en concert et en performance dans le cadre de festivals internationaux au Canada, aux États-Unis et en Europe : Suddendly Listen (2014), Vancouver New Music Festival (2013-2005), Mutek (2013-2004), Akousma (2013), High Zero (2008-2000), Time Based Arts UK (2009). Ses installations sonores ont été présentées, entre autres, au Musée d’art contemporain de Montréal (Triennale, 2011), au Mois Multi (Québec, 2012), à la galerie Louise et Reuben-Cohen de l’Université de Moncton (2012), à la Fabrique (Nantes, 2013) et à la Maison de la culture Maisonneuve (2015). En 2013, elle a reçu une bourse du Ministère de la Culture et de la communication de France pour une résidence de recherche à la Saline Royale (Franche-Comté). Magali Babin poursuit actuellement ses recherches dans le cadre d’un doctorat en Études et pratiques des arts à l’UQAM. Elle est boursière du Fonds de recherche Société et culture du Québec (FQRSC).

© photo : Alexis Bellavance

______________

 L’Exil (Rimouski) 

L’Exil est un organisme qui se spécialise dans le domaine du spectacle littéraire et de la littérature orale. L’Exil s’est donc donné comme mission de réunir, sous une même bannière, les artistes du Bas-Saint-Laurent s’intéressant à ces disciplines et qui connaissent une popularité grandissante un peu partout au Québec afin de leur donner accès à des services de diffusion, formation, réseautage et mentorat, le tout dans un but de professionnalisation de la discipline. L’Exil veut mettre en valeur la scène de la création parlée comme agent de changement et mode d’expression accessible à tous. À cela s’ajoute le volet recherche et création au sein duquel l’Exil s’est donné pour objectif d’engendrer différents projets artistiques mettant en valeur l’expérimentation dans le domaine de la prise de parole et de la littérature orale. La rétention des artistes et la valorisation de l’occupation dynamique du territoire sont au cœur des valeurs qui animent l’organisme. ​

 Spectacle

Installation vidéo-poétique
de Philippe Franck 
avec Charles Pennequin
en complicité avec Zoé Tabourdiot à la caméra et au montage

une production de TRANSCULTURES

┌ du 28 novembre au 3 décembre 2017 à la Maison de la littérature
┌ en diffusion continue selon les heures d’ouverture


Un triptyque audio-vidéo-poétique né d’une commande littéraire faite par Transcultures à l’auteur/performeur Charles Pennequin autour de la notion de spectacle. Philippe Franck a filmé l’auteur lisant trois textes originaux percutants (Monde spectacle, Créateur, Être bien souvent le public de tout), puis l’a ensuite mis en scène, par le biais de trois moniteurs installés dans l’espace public. L’installation joue de la polyphonie/polyrythmique poétique, mais aussi de la présence énergétique de l’auteur et de sa posture critique dans ce contexte de l’hyperspectacle contemporain.

______________

 Charles Pennequin (France) 

Né en 1965 à Cambrai (Nord de la France), Charles Pennequin a commencé à écrire dans le courant de l’année 1993, lorsqu’il vivait au Mans. Il est le premier récipiendaire du prix du Zorba qui récompense « un livre excessif, hypnotique et excitant, pareil à une nuit sans dormir » pour son recueil Pamphlet contre la mort (P.O.L., 2012). Il a publié dans de nombreuses revues et éditeurs (Al Dante, P.O.L.). Il a donné des performances et concerts dans la France entière et un petit peu à côté. Il a réalisé des vidéos à l’arrache et écrit dans les blogues. Il a fait des dessins sans regarder, enregistré des improvisations au dictaphone, au microphone, dans sa voiture, dans certains TGV, écrit des petites chansons dans les carnets et des poèmes délabrés en public. Charles Pennequin écrit depuis qu’il est né.

 Philippe Franck (Belgique) 

Concepteur culturel, curateur et critique passionné par les transversalités contemporaines. Directeur de Transcultures (Centre interdisciplinaire des cultures numériques et sonores en Belgique), il est aussi directeur artistique du festival international des arts sonores City Sonic (Mons, Bruxelles, Charleroi et villes associées) qu’il a créé en 2003 et des Transnumériques. Depuis les années 90, il développe le projet multimusical Paradise Now et collabore avec divers vidéastes, performeurs, poètes et musiciens belges et étrangers.

 Zoé Tabourdiot (France/Belgique) 

Née à Paris et élevée dans les Alpes, Zoé a rejoint Bruxelles après des études de littérature anglophone, d’anglais, de sociologie et d’histoire du cinéma. À l’IAD (Institut des Arts de Diffusion – école de cinéma), Zoé a approfondi ses connaissances et sa passion dans la section documentaire, où elle a également développé un intérêt pour les documentaires radiophoniques. Zoé est passionnée par la création d’images mentales et par les arts de l’écoute.

______________

Projets de recherche ▪ Boban et Symon Henry

┌ le 30 novembre 2017
┌ à La Chambre Blanche de 17 h à 19 h (sur invitation)

Cocktail de bienvenue avec présentation des travaux de recherches théoriques et pratiques de Boban et Symon Henry.

______________

Une démarche sonore graphique : Vers un espace d’autonomie éphémère?

 Une résidence de recherche au centre de documentation de La Chambre Blanche

Je dessine le son. Pour qu’il puisse être interprété par des musiciens en concert, mais tout autant pour qu’il puisse être entendu par tout un chacun, dans l’intimité de son écoute intérieure. Depuis 2012, en effet, je ne compose que de la sorte, fusain et pastel blanc en main, quelques règles simples en tête : un trait foncé correspond à un son fort, pâle à un son plus doux ; en haut de page il est aigu, plus bas il est grave ; etc. Ainsi, mes partitions graphiques ont pu être interprétées par des musiciens d’horizons très divers ou encore être appréciées en galerie par des visiteurs ayant accès, pour une rare fois, à la représentation silencieuse du son sans aucun besoin de formation musicale.

La partition graphique — telle que je l’emploie — peut créer un espace éphémère d’autonomie créative en n’étant pas tout à fait un objet musical, ni exclusivement un objet visuel, tout en s’inscrivant dans les réseaux de sens respectifs de ces deux champs de pratique.

Pendant ma résidence à la chambre blanche, j’étudierai d’autres démarches et réflexions similaires à la mienne liées spécifiquement à la partition graphique dans son usage actuel au Québec (Jean-François Laporte ou Joane Hétu). J’explorerai aussi des textes théoriques sur ces pratiques afin de départager ce qui différencie ou rapproche telle ou telle démarche de la mienne, en résonnances avec la notion de tiers-espace, de démarches transdisciplinaires, intermédiales, ou de celles souvent associées au composed theatre. En bout de piste, surgiront les grandes lignes du modèle de pensée que je développe en observant différentes œuvres-frontières et en étudiant comment ces « espaces d’autonomie éphémère » peuvent prendre forme dans mon propre travail et dans celui de collègues comme Gabriel Ledoux ou Mario Côté.

► Symon Henry

L’expérience réelle, virtuelle et atmosphérique de l’espace

→ Une présentation d’un projet en recherche-création qui explore la rencontre entre réalité et virtualité de l’espace dans le cadre d’une analyse phénoménologique des nouveaux territoires en transformation constante

La considération de l’espace traditionnel, c’est-à-dire géographique, est inévitablement en changement. Par l’arrivée de l’ordinateur nous sommes de plus en plus sensibilisés à un déplacement virtuel qui modifie notre regard et notre façon de penser, de sentir et d’exister. Les frontières aujourd’hui ont une toute nouvelle signification et la notion de la liberté, un nouveau sens, celui d’un constant débordement entre l’espace physique et virtuel.

Concrètement, il est ici question de territoires tridimensionnels numérisés dans lesquels le temps et l’espace se matérialisent par des actions captées simultanément de plusieurs points de vue par une caméra infrarouge.

Le but de cette expérience est d’avancer le questionnement sur les interprétations de l’espace artistique et architectural par des dispositifs qui génèrent des matérialités, spatialités et narrativités uniques grâce au processus de construction d’une réalité visible. Ainsi, l’innovation technologique et l’expérience artistique contribuent ensemble à créer de nouvelles configurations visuelles, narratives, interactives et immersives qui peuvent modifier la perception et la définition de l’espace. Cet espace à la fois réel et irréel qui, comme condition de l’image et de l’imaginaire, devient le lieu de la fiction et non pas un espace fictif.

► Boban

______________

┌ Symon Henry (Québec) 

Symon Henry travaille sur différents projets abordant la création (composition, interprétation, improvisation), la réflexion esthétique et la poésie. Il s’intéresse tout particulièrement aux frontières entre le musical et d’autres formes d’art telles que le théâtre, l’installation ou la performance, entre autres avec le collectif Projet K, dont il est membre fondateur. Son premier recueil de poésie, Son corps parlait pour ne pas mourir, ainsi que son premier livre de partitions graphiques, Voir dans le vent qui hurle les étoiles rire, et rire, sont parus en 2016 aux Éditions de la Tournure. Son travail visuel a fait l’objet d’expositions chez Gham & Dafe ainsi qu’au Palazzo Ducale di Lucca et à la Maison de la culture du Plateau-Mont-Royal. Sa démarche a aussi été influencée par ses études à Montréal, Paris et Stuttgart. Ses œuvres ont été interprétées en Amérique du Nord, en Europe et en Asie par différents ensembles majeurs. Symon est lauréat du projet Génération2016 de l’Ensemble contemporain de Montréal (ECM+) et a pris part à la tournée pancanadienne de l’ensemble.

Boban (Slobodan Radosavljevic) (Québec) ┐

Originaire de Bosnie, il s’installe en 1996 au Canada. Après ses études en art plastique à Sarajevo, il devient bachelier en communication graphique et titulaire d’une maîtrise en multimédia de l’Université Laval. Fondateur de la compagnie en communication technologique Boite Bleue, il vit et travaille dans le milieu artistique et corporatif du Québec. Chargé de cours depuis 2009 en arts visuels à l’Université de Québec à Trois-Rivières, il enseigne dans le programme des nouveaux médias. Actuellement au doctorat sur mesure en Arts visuels et architecture de l’Université Laval, il est membre d’URAV (Groupe universitaire de recherche en arts visuels) et GRAP (Groupe de recherche en ambiances physiques). 

______________

┌ La Chambre Blanche (Québec) 

Premier centre d’artistes en diffusion à Québec fondé en 1978, la Chambre Blanche est vouée à l’expérimentation des arts visuels et numériques, notamment des pratiques explorant les nouvelles technologies, dans un réseau international de résidence et d’échange. Ce laboratoire s’articule autour de la recherche, la création, la production, la documentation, la formation et la diffusion, il réunit artistes, makers, hackers et toute personne voulant s’impliquer à la vie associative et aux développements des enjeux culturels contemporains.

Avatar (Québec)
Dédié à la recherche, la création, la diffusion et la circulation des œuvres et des artistes en art audio et électronique, Avatar offre un lieu d’échanges et d’initiatives, explore de nouveaux territoires artistiques et offre l’accès à des équipements et des compétences spécialisées. Pour soutenir la création, Avatar organise des projets, invite des artistes, engage une réflexion sur les pratiques et favorise des collaborations inédites par le biais de réseaux local et international. La création audio qui s’y pratique couvre un vaste domaine d’activités qui va de la création de dispositifs d’écoute, de l’invention d’instruments à l’installation sonore en passant par la performance, l’art radio et la sculpture sonore. Avatar participe aussi au développement de programmations d’interfaces logicielles et électroniques inédites ainsi que de systèmes d’installations interactifs et cinétiques et de performances télématiques. Situé au cœur de la Ville de Québec, dans la coopérative Méduse, Avatar est un pionnier en Amérique du Nord dans la recherche des arts audio et électroniques.
la chambre blanche (Québec)
Premier centre d’artistes en diffusion à Québec fondé en 1978, la chambre blanche est vouée à l’expérimentation des arts visuels et numériques, notamment des pratiques explorant les nouvelles technologies, dans un réseau international de résidence et d’échange. Ce laboratoire s’articule autour de la recherche, la création, la production, la documentation, la formation et la diffusion, il réunit artistes, makers, hackers et toute personne voulant s’impliquer à la vie associative et aux développements des enjeux culturels contemporains.
L’Exil (Rimouski)
L’Exil est un organisme qui se spécialise dans le domaine du spectacle littéraire et de la littérature orale. L’Exil s’est donc donné comme mission de réunir, sous une même bannière, les artistes du Bas-Saint-Laurent s’intéressant à ces disciplines et qui connaissent une popularité grandissante un peu partout au Québec afin de leur donner accès à des services de diffusion, formation, réseautage et mentorat, le tout dans un but de professionnalisation de la discipline. L’Exil veut mettre en valeur la scène de la création parlée comme agent de changement et mode d’expression accessible à tous. À cela s’ajoute le volet recherche et création au sein duquel l’Exil s’est donné pour objectif d’engendrer différents projets artistiques mettant en valeur l’expérimentation dans le domaine de la prise de parole et de la littérature orale. La rétention des artistes et la valorisation de l’occupation dynamique du territoire sont au cœur des valeurs qui animent l’organisme. 
Maison de la littérature de Québec
Composante majeure de la Bibliothèque de Québec, la Maison de la littérature abrite une bibliothèque publique et une exposition permanente sur la littérature québécoise, des cabinets d’écriture, un atelier de BD, un studio de création, une résidence d’écrivains, un salon de quiétude, ainsi que, toute l’année, une programmation variée présentée sur la scène littéraire. 
Dédiée à tous, la Maison est un lieu d’écriture, de création, de rencontre et d’animation qui met en scène la littérature dans une ambiance vivante, conviviale et chaleureuse. Elle est un espace de parole, d’écriture, de création et de diffusion en arts littéraires. 
Maison de la poésie de Nantes
Espace de rencontres entre le public et les poètes, la Maison de la poésie de Nantes se veut un centre de ressources sur la poésie et l’écriture avec comme mandat de diffuser la poésie contemporaine auprès d’un large public. Pour ce faire, elle met en place diverses actions culturelles dont des lectures publiques, l’animation d’un centre de ressources et d’une bibliothèque publique, ainsi que des rencontres nombreuses avec des poètes de diverses tendances afin de sensibiliser et fidéliser un public. La Maison de la Poésie de Nantes a pris l’initiative de réunir plusieurs acteurs impliqués dans la création poétique afin de porter une réflexion sur les enjeux de la poésie aujourd’hui dans ses différentes confrontations avec les autres genres littéraires ou les autres arts. Editeur de la revue annuelle Gare maritime, elle dirige également le festival MIDIMINUIT POÉSIE qui en est à sa 17e édition et qui, chaque année en automne, fait la part belle aux poésies diverses, musiques actuelles et arts visuels. La Maison de la poésie de Nantes est membre de la Fédération européenne des Maisons de Poésie. (http://www.maisondelapoesie-nantes.com)
« Littérature québécoise mobile : Pratiques littéraires d’écriture et de lecture en contexte numérique » 
Projet de développement de partenariat subventionné par le CRSH impliquant l’Université du Québec à Montréal (Bertrand Gervais), l’Université Laval (René Audet), l’Université Concordia (Sophie Marcotte), Marcello Vitali Rosati (Université de Montréal), Alexandra Saemmer, TOPO – Laboratoire d’écritures numériques, l’Union des écrivaines et écrivains québécois et la Maison de la littérature de Québec, le projet « Littérature québécoise mobile » vise à accroitre la compréhension des formes actuelles de mobilité de la littérature québécoise et, ce faisant, à assurer sa visibilité sur de nouvelles plateformes tout en consolidant le virage numérique des pratiques littéraires d’écriture et de lecture. Il s’agit d’un projet de connexion, qui vise à accroître l’accessibilité et l’utilisation de connaissances issues de la recherche, que ce soit au sein même de l’université comme des communautés littéraires, du milieu du livre et des communautés de lecteurs. Parmi les autres contributeurs, on note les Bibliothèques de la ville de Montréal, l’Association nationale des éditeurs de livres (ANEL), Spirale et Radio Spirale, Productions Rhizome, bleuOrange et la Fondation Métropolis bleu.

Traduction / Translate

Texte / Desc

Crédits et partenaires

┌ Équipe RHIZOME ┐

Yves Doyon direction générale administrative
Simon Dumas direction artistique
Ariane Lehoux chargée de projets et des communications
Daphné Lehoux rédaction web, graphisme et assistance aux communications
Geneviève Dufour stagiaire en communications

Rhizome est un générateur de projets interdisciplinaires dont le cœur est littéraire. Sa démarche, basée sur la recherche et l’innovation, ne perd jamais de vue l’objet littéraire. Le texte, ainsi que son auteur, en sont les fondements. Rhizome initie, accompagne, crée, produit, coproduit, accueille en résidence des projets dans lesquels des auteurs s’impliquent, tant dans le processus de création que lors des représentations. Les formes sont diverses – performances, installations, spectacles – et profitent fréquemment des possibilités qu’ouvrent les technologies numériques. À travers ses productions, Rhizome cherche différents moyens de faire participer la littérature, en tant que discipline artistique, à une démarche interdisciplinaire de création. Le but est de favoriser son décloisonnement et, ce faisant, d’apporter à la pratique interdisciplinaire sa richesse sémantique. 

┌ Équipe TRANSCULTURES 

Philippe Franck direction générale et artistique
Zoé Tabourdiot vidéo

Lieu de contaminations transdisciplinaires, Transcultures est une association qui a été créée en 1996 à Bruxelles pour promouvoir et développer les croisements entre les pratiques artistiques/culturelles contemporaines et les enjeux arts/société/technologies. Elle explore plus particulièrement les champs de la création numérique et des arts sonores. Depuis 2003, Transcultures a lancé le festival City Sonic, un parcours d’installations sonores, performances et ateliers au cœur de la ville de Mons, et depuis 2005, coordonne la biennale Les Transnumériques, dédiée aux cultures émergentes numériques dans leur grande diversité. Transcultures est actuellement installé à Charleroi pour y développer un centre des cultures numériques et sonores.

┌ Équipe CRILCQ 

 René Audet direction CRILCQ/Université Laval
 Charles-Antoine Fugère étudiant à la maîtrise, CRILCQ/Université Laval

Le Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ) rassemble une soixantaine de professeurs-chercheurs autour de trois sites (Université Laval, Université du Québec à Montréal et Université de Montréal). Ce centre est financé par le Fonds de recherche du Québec – Société et culture depuis plus quinze ans. C’est une riche tradition d’études sur la culture québécoise qui est ainsi représentée, rassemblant des spécialistes de littérature, théâtre, histoire de l’art, musique, danse, ethnologie, archivistique et communication. Les recherches que l’on y mène conduisent à une saisie large, contextualisée autant qu’érudite, des enjeux posés par la littérature et la culture au Québec. La présence soutenue du CRILCQ dans le milieu de la création et de la diffusion en a fait l’un des intervenants scientifiques les plus dynamiques, tant sur le plan local qu’international. Seul regroupement de recherche à se consacrer, de façon systématique et structurée, à l’étude de la littérature et de la culture québécoises, le CRILCQ se situe à l’interface entre ce qui se crée et ce qu’on en sait.

______________

Un événement produit et présenté par Rhizome, Transcultures et le CRILCQ.

En partenariat et avec le soutien de Avatar, la Chambre Blanche, L’Exil, la Maison de la littérature de Québec, la Maison de la poésie de Nantes, Littérature québécoise mobile et Best Western – Centre-ville Québec.

Avec le soutien financier de l’Entente de développement culturel MCCQ – Ville de Québec, du Conseil des arts et des lettres du Québec, du Conseil des arts du Canada, de la ville de Nantes, de l’Institut français, de Wallonie-Bruxelles International et du Ministère des Relations internationales et de la Francophonie.

Avatar (Québec)
Dédié à la recherche, la création, la diffusion et la circulation des œuvres et des artistes en art audio et électronique, Avatar offre un lieu d’échanges et d’initiatives, explore de nouveaux territoires artistiques et offre l’accès à des équipements et des compétences spécialisées. Pour soutenir la création, Avatar organise des projets, invite des artistes, engage une réflexion sur les pratiques et favorise des collaborations inédites par le biais de réseaux local et international. La création audio qui s’y pratique couvre un vaste domaine d’activités qui va de la création de dispositifs d’écoute, de l’invention d’instruments à l’installation sonore en passant par la performance, l’art radio et la sculpture sonore. Avatar participe aussi au développement de programmations d’interfaces logicielles et électroniques inédites ainsi que de systèmes d’installations interactifs et cinétiques et de performances télématiques. Situé au cœur de la Ville de Québec, dans la coopérative Méduse, Avatar est un pionnier en Amérique du Nord dans la recherche des arts audio et électroniques.
la chambre blanche (Québec)
Premier centre d’artistes en diffusion à Québec fondé en 1978, la chambre blanche est vouée à l’expérimentation des arts visuels et numériques, notamment des pratiques explorant les nouvelles technologies, dans un réseau international de résidence et d’échange. Ce laboratoire s’articule autour de la recherche, la création, la production, la documentation, la formation et la diffusion, il réunit artistes, makers, hackers et toute personne voulant s’impliquer à la vie associative et aux développements des enjeux culturels contemporains.
L’Exil (Rimouski)
L’Exil est un organisme qui se spécialise dans le domaine du spectacle littéraire et de la littérature orale. L’Exil s’est donc donné comme mission de réunir, sous une même bannière, les artistes du Bas-Saint-Laurent s’intéressant à ces disciplines et qui connaissent une popularité grandissante un peu partout au Québec afin de leur donner accès à des services de diffusion, formation, réseautage et mentorat, le tout dans un but de professionnalisation de la discipline. L’Exil veut mettre en valeur la scène de la création parlée comme agent de changement et mode d’expression accessible à tous. À cela s’ajoute le volet recherche et création au sein duquel l’Exil s’est donné pour objectif d’engendrer différents projets artistiques mettant en valeur l’expérimentation dans le domaine de la prise de parole et de la littérature orale. La rétention des artistes et la valorisation de l’occupation dynamique du territoire sont au cœur des valeurs qui animent l’organisme. 
Maison de la littérature de Québec
Composante majeure de la Bibliothèque de Québec, la Maison de la littérature abrite une bibliothèque publique et une exposition permanente sur la littérature québécoise, des cabinets d’écriture, un atelier de BD, un studio de création, une résidence d’écrivains, un salon de quiétude, ainsi que, toute l’année, une programmation variée présentée sur la scène littéraire. 
Dédiée à tous, la Maison est un lieu d’écriture, de création, de rencontre et d’animation qui met en scène la littérature dans une ambiance vivante, conviviale et chaleureuse. Elle est un espace de parole, d’écriture, de création et de diffusion en arts littéraires. 
Maison de la poésie de Nantes
Espace de rencontres entre le public et les poètes, la Maison de la poésie de Nantes se veut un centre de ressources sur la poésie et l’écriture avec comme mandat de diffuser la poésie contemporaine auprès d’un large public. Pour ce faire, elle met en place diverses actions culturelles dont des lectures publiques, l’animation d’un centre de ressources et d’une bibliothèque publique, ainsi que des rencontres nombreuses avec des poètes de diverses tendances afin de sensibiliser et fidéliser un public. La Maison de la Poésie de Nantes a pris l’initiative de réunir plusieurs acteurs impliqués dans la création poétique afin de porter une réflexion sur les enjeux de la poésie aujourd’hui dans ses différentes confrontations avec les autres genres littéraires ou les autres arts. Editeur de la revue annuelle Gare maritime, elle dirige également le festival MIDIMINUIT POÉSIE qui en est à sa 17e édition et qui, chaque année en automne, fait la part belle aux poésies diverses, musiques actuelles et arts visuels. La Maison de la poésie de Nantes est membre de la Fédération européenne des Maisons de Poésie. (http://www.maisondelapoesie-nantes.com)
« Littérature québécoise mobile : Pratiques littéraires d’écriture et de lecture en contexte numérique » 
Projet de développement de partenariat subventionné par le CRSH impliquant l’Université du Québec à Montréal (Bertrand Gervais), l’Université Laval (René Audet), l’Université Concordia (Sophie Marcotte), Marcello Vitali Rosati (Université de Montréal), Alexandra Saemmer, TOPO – Laboratoire d’écritures numériques, l’Union des écrivaines et écrivains québécois et la Maison de la littérature de Québec, le projet « Littérature québécoise mobile » vise à accroitre la compréhension des formes actuelles de mobilité de la littérature québécoise et, ce faisant, à assurer sa visibilité sur de nouvelles plateformes tout en consolidant le virage numérique des pratiques littéraires d’écriture et de lecture. Il s’agit d’un projet de connexion, qui vise à accroître l’accessibilité et l’utilisation de connaissances issues de la recherche, que ce soit au sein même de l’université comme des communautés littéraires, du milieu du livre et des communautés de lecteurs. Parmi les autres contributeurs, on note les Bibliothèques de la ville de Montréal, l’Association nationale des éditeurs de livres (ANEL), Spirale et Radio Spirale, Productions Rhizome, bleuOrange et la Fondation Métropolis bleu.