L’attrait des hauteurs

Poésie-vidéo et lectures de recueils

Par les mots des poètes Martine Audet, Denise Desautels, Rachel Leclerc et de Serge Patrice Thibodeau, quatre personnages prennent forme le temps d’un spectacle. Ces êtres de mots, souvent jeunes, parfois même enfants, sont confrontés tantôt aux difficultés de la jeunesse, tantôt aux moments de grâce qui l’accompagnent. L’Attrait des hauteurs montre la capacité des jeunes à apprendre la vie et à s’élever au-dessus des masses pour contempler l’univers sous un angle poétique.

L’Ourse

L’Ourse dont parle Rachel Leclerc, personnage de jeune poète, est mue par les mêmes désirs, les mêmes aspirations que cette marathonienne que décrivait Denise Desautels. Consciente de sa propre singularité, celle qu’on appelle l’ourse est confrontée au deuil, à la solitude, au rejet, aux épreuves qui délimitent la frontière entre l’univers de la jeunesse et le monde des adultes.

Que ferai-je du jour

Point de vue adulte sur l’enfance, Que ferai-je du jour de Martine Audet aborde moins la nostalgie de l’enfance que son apologie. Le propos du texte présente l’enfance comme un âge d’or, mais un âge d’or jamais vraiment quitté, une période qu’on retrouve chaque fois sans regret, avec un détachement nouveau, avec une clarté nouvelle.

Crédits et partenaires

Textes et lectures :
Martine Audet, Denise Desautels, Rachel Leclerc et 
Serge Patrice Thibodeau

Voix off :
Christian Lapointe et Valérie Laroche

Traitement sonore :
Marc Doucet et Mathieu Campagna

Traitement vidéo :
Éric Proulx et Simon Dumas

Direction artistique :
​Simon Dumas

Éditeur :
​La courte échelle

Du haut de mon arbre

Serge Patrice Thibodeau, avec Du haut de mon arbre, présente un univers où la vie bat au rythme des saisons, l’été accueillie comme une renaissance, l’hiver qui prend et qui ne donne jamais. Où les jeux de l’enfance deviennent vite une traversée épique des Amériques, où l’amitié se découvre au détour des plus difficiles épreuves.