ESPACE DIFFUSEUR

1 ...
2 ...
3 ...

...

CONTACTEZ-NOUS

TÈl.: 418-525-0305
Courriel : info@productionsrhizome.org
...

CRÉER UN COMPTE

PERDU VOTRE MOT DE PASSE?

Les duos Transatlantiques

Les duos TransAtlantiques, ce sont de longs courriers échangés entre un auteur et un artiste audio. Une relation épistolaire interdisciplinaire entre le Québec et la Fédération Wallonie-Bruxelles, une création s’échafaudant au fil des échanges – toujours à distance – jusqu’à la rencontre live, sur scène. La distance comme un élan, le résultat comme un choc.

Il fut d’abord demandé aux artistes audio de proposer une première pièce à l’auteur qui leur était associé. S’en inspirant, l’auteur proposa un texte lui faisant écho. La voix de l’auteur le lisant fut enregistrée et remise à l’artiste audio. Enfin, texte et voix ont servi de base à la création d’une nouvelle pièce audio.

En salle de spectacle, en plein air ou dans des lieux inusités, Les duos Transatlantiques peuvent être présentés partout!

Duo Bouchard / Ink

Hervé Bouchard avec « La chanson du singe bleu » entraîne le fantôme du philosophe allemand Eugen Fink dans la « quatrième dimension » de la rue Kerouac à Jonquière, sous les halos électros de Stephan Ink.


HERVÉ BOUCHARD (Jonquière)
romancier et dramaturge

Né à Jonquière en 1963, Hervé Bouchard est professeur de lettres au Cégep de Chicoutimi. En 2002, il a fait paraître, à L’Effet pourpre, Mailloux, histoires de novembre et de juin, que Le Quartanier réédite en 2006, en même temps qu’il sort son deuxième roman, Parents et amis sont invités à y assister, qui reçoit le Grand Prix du Livre de Montréal. En 2009, il fait paraître Harvey, en collaboration avec l’illustratrice Janice Nadeau, à La Pastèque, livre qui obtient deux prix du Gouverneur général dans les catégories Jeunesse.


STEPHAN INK (Liège)
artiste audio

Stephan Ink est un musicien, un producteur et un ingénieur du son français vivant en Belgique. Sa carrière débute à Paris où il rencontre Lucie Dehli avec qui il va écrire, composer et produire des disques de musique expérimentale. Leur premier projet, Vicious Circle, est distribué par le label anglais et culte Some Bizarre. Avec cet unique album, Barbed Wire Slides, le duo est un des rares groupes français à avoir été signé en Angleterre au début des années 90. De retour en France, le duo lance deux albums sous le nom de View chez les Disques du Soleil et de l’Acier. La musique devient plus lumineuse, aérienne et fait le tour du globe avec les compilations Heavenly Voices. Départ en Belgique et collaboration avec le collectif international à géométrie variable 48 Cameras. En 2006, nouveau projet avec Lucie Dehli : Elephant Leaf. Le premier opus sortira sur le label canadien Chat Blanc Records de Pascal Asselin (a. k. a. ­Millimetrik). Suivent deux autres albums, Emotional Power (2008) et The taste of salt (2009), qui sortiront sur leur propre label Tutuguri Music et des collaborations avec les groupes anglais SonVer et Attrition. Actuellement, Stephan Ink fait partie de plusieurs formations : Même les oiseaux puent (cinematic music), Ordinaire (spokenword expérimental) et Soigne ta droite (experimental improv). Il collabore également avec le groupe anglais Evi Vine, le collectif de musique électro-acoustique improvisée Entrelaction Matériophonie. À noter aussi sa participation au double album Right north, she said… de 48 Cameras, sorti tout ­réce­mment. Aujourd’hui, son travail est orienté vers une musique expérimentale plus apaisée. Par l’utilisation de field recordings, d’électronique, de textures sonores et de silences, Stephan Ink crée des soundscapes où fusionnent l’organique et la machine.

Duo Desgent / Keyaerts

Jean-Marc Desgent, intraitable dans son « Rompre, noyer, jeter son propre corps » est servi par les sons aussi ciselés qu’hallucinés du musicien Gauthier Keyaerts.


JEAN-MARC DESGENT (Montréal)
poète

Jean-Marc Desgent – aussi nouvelliste et critique – est depuis longtemps très impliqué dans le paysage littéraire québécois. Il a été membre du comité de rédaction des Éditions Cul-Q de 1975 à 1977 et collaborateur régulier de Hobo-Québec. Plus récemment, Jean-Marc Desgent a été lauréat du Grand Prix du Festival International de Poésie avec son recueil Ce que je suis devant personne en 1994 et, en 2005, avec Vingtièmes siècles. En 2000, il reçoit le prix Rina-Lasnier pour son recueil de poèmes Les Paysages de l’extase. En 2002, il remporte le Prix Félix-Antoine-Savard pour une suite poétique publiée dans la revue Moebius. En 2005, Vingtièmes siècles reçoit le Prix de poésie du Gouverneur général et le Prix Estuaire des ­Terrasses ­Saint-Sulpice. En 2006, Jean-Marc Desgent remporte le Prix Jaime Sabinès /Gatien Lapointe pour l’ensemble de son œuvre traduite en espagnol. Il a été le poète invité d’honneur au ­septième Marché francophone de la poésie de Montréal. En 2010, il reçoit, au Marché de la poésie de Paris, le Prix international de Poésie Antonio-Viccaro pour l’ensemble de son oeuvre poétique. En 2012, il reçoit le Prix de la Bande à Moebius.


GAUTHIER KEYAERTS (Bruxelles)
artiste audio

Gauthier Keyaerts passe de la production discographique à la performance improvisée, de la composition de musiques pour installations et vidéos (notamment pour Thomas Israël) à la ­réalisation d’installations (L’œil Sampler, an-Art-Key, etc.), ou encore à des créations radiophoniques (Peintures électroniques, Composez-vous Bruxelles ?). Au travers de ces pistes de travail diverses et éclectiques émerge le caractère obsessionnel de son amour pour la boucle sonore, couleur de base pour la création de ses peintures musicales électroniques, de même qu’une passion pour la mise en son de l’espace et des objets. Au gré de pérégrinations au caractère volontairement « erratique », son chemin a croisé celui de festivals et lieux de spectacles tels que Sonar, L’Ososphère, La Gaîté Lyrique, Les Bains Numériques, City Sonic, etc. Il a également produit plusieurs albums publiés, notamment chez Sub Rosa, Quatermass et plus récemment Transonic, mené diverses collaborations (Micronauts, D-Fuse, etc.) et initié le duo Supernova avec Philippe Franck. Outre des concerts, des habillages de scènes et d’images, d’autres musiques de commande et l’élaboration d’installations, Gauthier Keyaerts travaille à l’élaboration d’une nouvelle interface digitale de création musicale avec l’Institut Numediart (Université de Mons).

Duo Dicenaire / Tétreault

Sebastian Dicenaire traite lui-même sa lecture de « Libido de machines » et Martin Tétreault oscille avec parcimonie entre platine et laptop dans une sorte de hörspiel électro-povera.


SEBASTIAN DICENAIRE (Bruxelles)
poète et artiste audio

Sebastian Dicenaire est né à midi un jour de neige mil neuf cent septante-neuf dans la banlieue de Strasbourg. Tout était blanc ce jour-là. Les chats noirs traversaient tranquillement les rues immaculées. Puis, tout s’est brusquement accéléré. À 4 ans, il dessine des histoires de chats et de lapins. À 12 ans, il joue à des sports qui n’existent pas. À 15 ans, il lit Lautréamont dans les campings. À 20 ans, il tourne des films super 8 au bord des rocades d’autoroute. Et aujourd’hui, il écrit un roman métaphysique à l’eau de rose intitulé Pamela, accompagne ses lectures publiques de vieilles bandes sons de films de SF bricolées, et concocte pour la radio francophone belge une fiction entièrement réalisée à la bouche, adaptée du livre Kirkjubæjarklaustur de son ami Vincent Tholomé.


MARTIN TÉTREAULT (Montréal)
platiniste, improvisateur, concepteur sonore, artiste visuel

Martin Tétreault est né en 1957. Platiniste, improvisateur, concepteur sonore, artiste visuel, il est reconnu ici et internationalement pour son travail de recherche et d’improvisation avec des tourne-disques de tout genre ou de sa fabrication. Il réalise, avec cet attirail hétéroclite, des ­performances sonores, seul ou en collaboration avec d’autres artistes de la musique, de la danse (Hélène Blackburn, Sylvain Émard) ou de l’installation (Manon Labrecque). Il participe à de nombreux festivals et manifestations de musique, de performance, d’art sonore et d’arts médiatiques, en trimbalant son équipement en Amérique, en Europe, en Océanie et en Asie. À Montréal ou lors de ses nombreux déplacements, il en profite pour endisquer avec René Lussier, Diane Labrosse, Otomo Yoshihide, Erik M, ­Xavier Charles, Haco, Kevin Drumm et plusieurs autres. Après une décennie de travail autour de la citation et du détournement de sens du disque vinyle, il se met, en 1995, à la tâche d’extirper de ses nombreux tourne-disques une multitude de sons jusqu’ici demeurés muets : bruits parasitaires de tout ordre, mauvais contacts électriques, ronflements de moteur, etc. Aujourd’hui, il lui arrive de mêler ces nouvelles découvertes analogiques à son vocabulaire d’un passé pas si lointain... En 2005, à la suite d’une commande d’oeuvre de la chorégraphe Lynda Gaudreau, il crée le quatuor de tourne-disques composé de Nancy Tobin, Alexander Macsween, David Lafrance et ­Magali Babin, pour lequel il compose et assure la direction. De ce quatuor, le disque Points, lignes avec haut-parleurs est publié chez Oral en 2011. Il est, avec Nancy Tobin, membre du duo de diffusion stéréo TÉTO et du trio électroacoustique XYZ aux côtés de Pierre-Yves Martel et Philippe Lauzier. En art visuel, ses plus récentes productions sont les installations multimédias Phonographes vinylisés pour la Manif d’art 6 à Québec et Prises de son : couleurs et animées présentée à la galerie Art Action à St-Jean-sur-Richelieu.

Duo Moron / d'Orion

Entre ciel et sous-terre, Werner Moron livre sa « belle et hypnotique techno » en compagnie d’un Érick d’Orion qui martèle cordes désaccordées et capsule métallique en réponse au mantra de son complice liégeois.


WERNER MORON (Liège)
auteur-performeur-artiste pluridisciplinaire

Depuis une vingtaine d’années, Werner Moron a exposé et s’est produit en Belgique, en Europe et ailleurs. À partir de 2000, il s’est consacré à développer des projets et des systèmes attenant à la production d’une oeuvre, ce qu’il appelle le « biotope de l’art ». Il continuera aussi une pratique créative personnelle en dehors du disque. Dans le cadre du label Paracommand’art, il explore les alternatives tant dans la production que la postproduction, l’édition, les pédagogies, la communication ou la coordination d’événements.


ÉRICK D’ORION (Québec)
artiste audio

Érick d’Orion est un artiste audio en installation et en nouveaux médias, un compositeur/musicien autodidacte et un commissaire audio résidant à Québec depuis 1993. En tant que commissaire, il organise plus d’une dizaine d’événements portant essentiellement sur l’art audio et la création sonore de pointe. Il est commissaire à la programmation du centre Avatar d’octobre 2008 à juin 2010. Il est aussi commissaire pour le volet installations sonores du Festival international de musique actuelle de ­Victoriaville depuis 2010. Il fait partie du duo morceaux_de_machines, du trio BOLD (avec Alexis Bellavance et Nicolas ­Bernier), du trio ­Napalm Jazz ainsi que d’une multitude de formations ad hoc. Il joue en concert avec des artistes de renommée : Evan Parker, Martin Tétreault, Otomo Yoshihide, Robin Fox, Ilpo Vaisanen, Diane Labrosse, Alexandre Saint-Onge, eRikm, Sam Shalabi, Gunter Muller, etc. Son travail est présenté au Canada, en Europe, en Australie, à Cuba, au Mexique et aux États-Unis. Depuis 2009, il est un collaborateur fréquent de Productions ­Rhizome.

Extraits sonores

Voici de courts extraits des pièces créées par les duos. Quelques uns de ces enregistrements ont été faits peu avant la première diffusion qui eut lieu à Québec au moins de mars 2013. D'autres à Mons, en Belgique, en septembre 2013, lors de la diffusion au festival City Sonic.
« »
  • 1. 
    Entre Longe Trace Respire, duo Simon Dumas / Paradise Now
  • 2. 
    «La chanson du singe bleu», duo Bouchard / Ink
  • 3. 
    «Libido de machine», duo Dicenaire / Tétreault
  • 4. 
    «Rompre, noyer, jeter son propre corps», duo Desgent / Keyaerts, version Québec
  • 5. 
    «Rompre, noyer, jeter son propre corps», duo Desgent / Keyaerts, version Mons
  • 6. 
    «Belle et hypnotique techno», duo Moron / d'Orion

Le coproducteur

En coproduction avec TRANSCULTURES

Transcultures, un centre interdisciplinaire des cultures numériques et sonores installé à Mons (Belgique), conjugue les dimensions de production, de diffusion, de réflexion et de sensibilisation pour développer les nouvelles pratiques artistiques innovantes. Outre des événements organisés à l’année en Wallonie-Bruxelles et à l’international, Transcultures coordonne deux festivals : City Sonic, festival international des arts sonores (en coproduction avec le Manège Mons) depuis 2003, et la Biennale des arts et des cultures numériques Les Transnumériques (Mons, Bruxelles, etc.) depuis 2005. Il est en outre impliqué dans plusieurs projets culturels européens (Park in progress, M4m-m for mobility, etc.) et de nombreux échanges internationaux (notamment avec le Québec). Transcultures est coordonateur pour la Fédération Wallonie-Bruxelles des Pépinières européennes pour jeunes artistes et membre fondateur du RAN-Réseau des Arts Numériques (regroupant une cinquantaine d’opérateurs en arts numériques internationaux). Transcultures a également initié le label Transonic (coordonné par Philippe Franck et Gauthier Keyaerts) pour les musiques aventureuses et les sons autres.

Feuille de route

Tournées dans 4 villes de Belgique, avec les duos Desgent (Qc) / Keyaerts (Be), Moron (Be) / d’Orion (Qc), Dumas (Qc) / Paradise Now (Be), accompagnées du lancement de la nouvelle publication éponyme avec CD, coéditée par Rhizome et Transonic : La Dame de Pique à Namur (20 novembre 2014), Transcultures à Mons (21 novembre 2014), Atelier HENNEBICQ 29 à Bruxelles (22 novembre 2014) et aux Ateliers d'Art Contemporain à Liège (23 novembre 2014).

À la librairie N’a qu’1 Œil de Bordeaux avec Hervé Bouchard (Qc), Werner Moron (Be), Érick d’Orion (Qc) et Simon Dumas (Qc), le 12 septembre 2013.

À Mons (Belgique) avec les duos Jean-Marc Desgent (Qc) / Gauthier Keyaerts (Be), Sebastian Dicenaire (Be) / Martin Tétreault (Qc), Hervé Bouchard (Qc) / Stephan Ink (Be) et Werner Moron (Be) / Érick d’Orion (Qc), dans la Sonic Garden Party, le 8 septembre 2013, dans le cadre du festival City Sonic.

À Québec avec les duos Jean-Marc Desgent (Qc) / Gauthier Keyaerts (Be) et Sebastian Dicenaire (Be) / Martin Tétreault (Qc), au Cercle le 23 mars 2013, dans le cadre du Mois de la Poésie. 

Les partenaires

Rhizome tient à remercier les partenaires qui ont rendu possible ce projet. 






HAUT