ESPACE DIFFUSEUR

1 ...
2 ...
3 ...

...

CONTACTEZ-NOUS

TÈl.: 418-525-0305
Courriel : info@productionsrhizome.org
...

CRÉER UN COMPTE

PERDU VOTRE MOT DE PASSE?

Amérique - édition 2016

Rencontres sur le territoire fragmenté de l'Amérique francophone entre poésie et cinéma

Le 6 août 2016, une rencontre entre poésie et cinéma sur le territoire fragmenté de l’Amérique francophone a eu lieu au Festival acadien de poésie de Caraquet (du 4 au 7 août 2016). 

Ont été unis pour cette présentation : 
  • Lise Gaboury-Diallo, une auteure franco-manitobaine et le film 360 Degrés (2008), de Caroline Monnet
  • Paul Bossé, un auteur acadien et le film Les Acadiens de la dispersion (1968), de Léonard Forest
  • François Guerrette, un auteur québécois et le film La Bête lumineuse (1982), de Pierre Perrault



Partenaires

Cette rencontre à Caraquet a été réalisée grâce au soutien du Conseil des arts et des lettres du Québec et du Secrétariat aux affaires intergouvernementales canadiennes.

Amérique - édition 2015

Rencontres sur le territoire fragmenté de l'Amérique francophone entre poésie et cinéma

Nous avons demandé à des poètes d’écrire dans les interstices d’une scène de film. Nous leur avons proposé de souffler leurs mots dans ces silences creusés au cœur des images, d’en proposer de nouvelles, faites de mots. Puis, nous leur avons demandé de tisser leurs voix à même la trame du film.


Ils sont trois poètes, Herménégilde Chiasson, Sonia Cotten et Éric Charlebois. Ils ont répondu à l’invitation et ont marché sur ce fil tendu entre le temps du film et celui du poème. Ils ne sont pas tombés.


C’est cela le projet Amérique, rassembler des auteurs (vivants) de la francophonie américaine et les associer à des cinéastes – du présent et du passé — qui ont documenté et, d’une certaine façon, contribué à façonner ce territoire fragmenté qu’est l’Amérique francophone.


En collaboration avec le commissaire et vidéaste John Blouin, chaque poète invité est jumelé à un cinéaste dont les extraits filmiques servent de fil conducteur à l’écriture. À tour de rôle, face à l’écran, ils colonisent de leurs confidences l’extrait de film qui leur est jumelé. Instants d’un autre temps, territoires réels ou imaginaires rapaillés à partir des pièces éparses de la mémoire collective d’une francophonie néanmoins affirmée et bien vivante.


Il en résulte un tissage entre deux langages, un dialogue constant entre la poésie des mots et celle des images. Les deux se font écho, s’accompagnent, s’enrichissent et transportent le spectateur aux limites de chacun. S’ouvrent alors de nouvelles voies où le corps tout entier se laisse absorber dans un voyage tendu et ténu entre passé et présent.

Amérique - édition 2014

Rencontres sur le territoire fragmenté de l'Amérique francophone entre poésie et cinéma

Six poètes francophones issus des cultures franco-ontarienne (Sonia Lamontagne et Daniel Aubin), acadienne (Serge Patrice Thibodeau, Jonathan Roy), québécoise (Thierry Dimanche) et innue (Natasha Kanapé Fontaine) ont livré des extraits de leur travail poétique lors d’une soirée festive, ponctuée de citations cinématographiques sélectionnées par John Blouin.

Steve Hamel et Renaud Paquet ont brillamment habillé le tout de musique. 

John Blouin : « L'Amérique, l'ai traversé il y a longtemps, sur les routes. L'ai vécu par les mots, frappé par les gens, les gestes, où bouillonnent les images. C'est par des bouts de chemins, des fragments de films qu'on foulera ce sol à nouveau ».

Des fragments de films... et, bien sûr, la parole vive des poètes!

Une représentation unique 

Ce cabaret festif, sous cette forme en tout cas, n'eut lieu qu'une seule fois, soit le samedi 15 mars 2014 au Cercle - Lab vivant, au 228 rue Saint-Joseph Est, Québec.

L'activité s'inscrivait dans la programmation du Mois de la poésie, ainsi que dans un mini-événement de Rhizome intitulé Écritures Transatlantiques. 

Partenaires

Amérique est rendue possible grâce à l’appui financier de l'Entente de développement culturel intervenue entre le MCCQ et la Ville de Québec, du SAIQ, du CAC, de l’UNEQ, du Printemps des Poètes et du Cercle - Lab vivant.

Trois duos poète / cinéaste (2016)

Sous la direction musicale de Pierre-Guy Blanchard

 

DUO 1

Lise Gaboury-Diallo (MB), auteure franco-manitobaine

Professeure, chercheuse, critique, essayiste, poète, dramaturge, nouvelliste, née à Winnipeg d’un père architecte et d’une mère céramiste, Lise Gaboury-Diallo est plongée dès sa plus tendre enfance dans le monde des arts visuels.

Après son baccalauréat ès arts au CUSB, Lise s’est envolée vers Paris où elle a obtenu une maîtrise en littératures francophones et un doctorat avec spécialisation en littérature canadienne-française à l’Université de Paris IV–Sorbonne. Son intérêt pour les voyages l’emmène en Europe, au Sénégal, au Maroc, au Mexique et aux États-Unis où elle découvre d’autres littératures qu’elle partage aujourd’hui avec ses étudiantes et ses étudiants du CUSB.

Loin de se contenter d’enseigner le français et la littérature et de faire de la recherche, Lise Gaboury-Diallo trouve le temps de se consacrer à l’écriture. Lise Gaboury-Diallo est une des plus importantes figures de la littérature franco-canadienne de l'Ouest, tant par ses œuvres de création, que par ses critiques et analyses littéraires, ainsi que sa participation à divers projets anthologiques et d'envergure historique. Professeure de littérature au Collège universitaire de Saint-Boniface, membre du comité éditorial des Cahiers franco-canadiens de l'Ouest, elle participe à de nombreux colloques universitaires et est régulièrement invitée à des conférences et festivals littéraires. Auteure de six recueils de poésie, Lise Gaboury-Diallo est lauréate du Prix de Poésie de Radio-Canada (2004) et du Prix Rue-Deschambault (2009). 

Source et crédit photo : radiocanada.ca 


360 degrés  de Caroline Monnet, 2008, 18 min. 

Sébastien Aubin vit dans un loft à Winnipeg et occupe un emploi de graphiste. C'est aussi un Cri francophone de la nation d'Opaskwayak, au Manitoba. Parallèlement à sa vie professionnelle, il poursuit une quête spirituelle et identitaire. Son désir de transcender le concret l'a amené à apprendre la médecine traditionnelle autochtone. 

Mark Thompson est guérisseur. Il a choisi de transmettre ses connaissances à Sébastien. Dans cette transmission du savoir d'une génération à l'autre, on sent le poids du temps qui s'est accéléré, phénomène incarné par Sébastien, qui appartient à la fois à la modernité et à la tradition. Ce parcours de 360 degrés, des valeurs du passé à celles d'aujourd'hui, prend tout son sens dans un contexte de crise environnementale. 

Ce film a été produit dans le cadre du concours Tremplin, en collaboration avec Radio-Canada.


DUO 2 

Paul Bossé (NB), auteur acadien

Paul Bossé est né en 1971 à Moncton, au Nouveau-Brunswick. Il a publié Un cendrier plein d’ancêtres et Averses aux Éditions Perce-Neige en 2001 et 2004. Il écrit également pour le cinéma, la radio et le théâtre. Paru aux Éditions Perce-Neige en 2016, Les démondeurs est le cinquième recueil de poésie de Paul Bossé.

« Paul Bossé est un poète et réalisateur qui porte un regard « chiac » sur l’Acadie d’aujourd’hui. L’Acadie actuelle, c’est cette portion du Canada dans les provinces maritimes où vivent des francophones qui ont développé une langue bien à eux « chiac ». Un mélange de français et d’anglais qui n’est pas selon Paul Bossé du « franglais » mais plutôt une façon de s’exprimer qui trouve sa résonance aussi bien dans la poésie que dans les chansons comme celles de Radio Radio et Lisa Leblanc. » (Source : RCI)


Les Acadiens de la dispersion  de Léonard Forest, 1968, 1 h 58 min.

Documentaire sur l’identité acadienne dont Édith Butler signe la musique. Ce film nous fait voyager au cœur de la famille acadienne dispersée pour nous faire saisir de l’extérieur les perspectives d'avenir toutes nouvelles sur la vie sociale, économique, culturelle, religieuse, traditionnelle et même politique de l'Acadie. Tourné au Canada, en France et en Louisiane.

Léonard Forest aura pris dix ans à réaliser le court-métrage Acadie Libre (1969), portant sur un colloque tenu en 1966 sur la situation socio-économique des Acadiens. Acadie Libre constitue en fait un préambule à Les Acadiens de la Dispersion. D'abord applaudi par les jeunes mais rejeté par les intellectuels, ce film examine la culture acadienne au niveau international. 


DUO 3 

François Guerrette (Qc), auteur et poète québécois

François Guerrette, né en 1986 à Rimouski, a publié quatre livres aux éditions Poètes de brousse, dont Pleurer ne sauvera pas les étoiles (2012) et Les oiseaux parlent au passé (2009), tous deux finalistes au prix Émile-Nelligan. Titulaire d’une maîtrise en création littéraire de l’UQAM, il vit depuis quelques années à Montréal où il a fondé et animé le Cabaret de la Pègre (2011-2013). Son quatrième livre, Mes ancêtres reviendront de la guerre, est paru à l’automne 2014.

Crédit photo : Gisela Restrepo

La Bête lumineuse  de Pierre Perrault, 1982, 2 h 7 min. 

Documentaire sur la traditionnelle chasse à l'orignal, prétexte à fouiller l'âme québécoise. Dans une cabane de Maniwaki, des citadins opèrent leur annuel retour à la nature. Plaisir de se mesurer aux éléments, et de connaître ses limites! Expérience de la mort pour exorciser sa propre mort et renouer avec la chaîne entière de la vie! Mais aussi, esprit de panache, de bravache et de vantardise, et transposition de moeurs sauvages de la meute au sein du groupe d'amis, où on a tôt fait de repérer un souffre-douleur. Une magistrale partie de chasse, une mythologie bien de chez-nous.


Direction musicale : Pierre-Guy Blanchard 

Pierre-Guy Blanchard est un multi-instrumentiste et compositeur qui habite à Charlo, au Nouveau-Brunswick. Après avoir complété une majeure en interprétation des percussions à l’université de Moncton en 2003, Pierre-Guy a passé cinq ans plongé dans des milieux variés de la communauté montréalaise, avec de fréquents voyages internationaux enrichissant sa palette sonore. Il a joué au sein de projets expérimentaux et folks. Il a également participé à des enregistrements deBlack Ox Orkestar et à l’ensemble Land of Kush, en plus de composer des trames pour films et théâtres. Ses voyages à l’étranger lui ont permis d’étudier avec le maître de darbouka Misirli Ahmet à Istanbul, d’offrir des performances et de jouer le rôle de conservateur à la maison des arts de Sanayeh à Beyrouth. Par ses multiples collaborations avec des musiciens de différents horizons musicaux, Pierre-Guy a développé un style de percussion unique fortement influencé par les modes moyen-orientaux, turcs et la musique des Balkans. C’est en 2009, dans le studio de sa maison sur les rives de Charlo, que le percussionniste enregistre Affaires Étrangères. Loin du rythme de la ville de Montréal, il travaille à développer son univers sonore. Mélange d’une sensibilité cosmopolite et du calme de son coin du Nouveau-Brunswick, cet album mélange cette palette d’influences improbables en une musique tout aussi personnelle qu’universaliste.

Source : SMCQ

Trois duos poète / cinéaste (2015)

Sous la direction musicale de Steve Hamel

DUO 1

Herménégilde Chiasson (NB), poète et artiste en arts visuels

Né en 1946 dans la Péninsule acadienne du Nouveau-Brunswick, Herménégilde Chiasson est considéré comme l’un des principaux artisans de la modernité acadienne. Il a travaillé comme recherchiste, journaliste et réalisateur à la radio et à la télévision de Radio-Canada, réalisateur au cinéma et professeur à l’Université de Moncton. Il a publié plus de 25 livres, écrit une trentaine de textes pour le théâtre, réalisé plus de 15 films et participé à près de 150 expositions. Il a été président et fondateur de plusieurs organismes culturels d’importance au Nouveau-Brunswick et il a reçu plusieurs prix et distinctions pour son travail. En 2003, il est devenu le 29e lieutenant-gouverneur du Nouveau-Brunswick et le troisième Acadien à occuper ce poste. Créateur multidisciplinaire et prolifique, Herménégilde Chiasson est l’une des personnalités culturelles les plus accomplies du Canada, ambassadeur clé de la communauté artistique acadienne contemporaine depuis le début de sa carrière.


La noce est pas finie de Léonard Forest, 1971, 85 min. 38 sec.

À la fois film à scénario, reportage et enquête sociologique, ce long-métrage est avant tout une aventure collective. Fait en collaboration avec un groupe de citoyens du comté de Gloucester, au Nouveau-Brunswick, le film s’adresse non seulement à la population concernée mais également à qui veut bien reconnaître l’importance sans cesse croissante du fait social. 



DUO 2 

Sonia Cotten (Qc), poète et artiste de la langue

Née en 1974 à Rouyn-Noranda, elle publie son premier recueil de poésie en 2002 (Changer le Bronx en or) qu’elle inscrit dans une trilogie publiée aux éditions Poètes de brousse (avec Nique à feu et Ovalta), un recueil qui annonce une nouvelle étape dans la carrière de l’auteur. Récipiendaire de la bourse Relève Télébec en 2007, elle fait une incursion réussie en poésie jeunesse en 2009 (avec Mon chef c’est mon cœur) et travaille actuellement à la réalisation de numéros de poésie performative basés sur du tout nouveau matériel. Considérée désormais comme une des voix les plus percutantes de la relève poétique québécoise, ses textes sont parfois murmurés, parfois slammés, inspirés tantôt par Desjardins, tantôt par l’urbanité de Bashung ou le tumulte d’une Josée Hivon. En mars 2015, Sonia Cotten se méritait le 1er prix au tout nouveau concours international de poésie Geneviève-Amyot.


Cornouailles de Pierre Perrault, 1994, 52 min. 38 sec.

Documentaire du maître du cinéma direct, où l’image, les mots et la musique se conjuguent en un extraordinaire récit poétique. Le cinéaste a planté sa caméra durant 120 jours à quelques kilomètres du pôle Nord, dans la vallée laineuse de la terre d’Ellesmere. Patiemment, il a attendu l’affrontement inévitable entre deux rivaux en quête d’un même territoire : deux bœufs musqués qui entreront finalement en lutte à la tombée du jour. Ils rugissent, chargent, emmêlent leurs cornes, se repoussent et chargent de nouveau. Jusqu’à ce que le vainqueur prenne calmement possession de son troupeau.


DUO 3 

Éric Charlebois (On), poète, professeur et chroniqueur

Né le 29 février 1976, Éric Charlebois fut tour à tour commerçant, vendeur, animateur, réviseur et traducteur. Il est aussi l’auteur de huit recueils de poésie, dont Compost-partum, son plus récent ouvrage, publié en octobre 2014 aux éditions David. Il est toujours entre quatre manuscrits, autant dans le récit poétique que dans la poésie narrative. Outre sa participation à de nombreuses activités littéraires et artistiques un peu partout au Canada et en Europe, il monte et anime divers ateliers d’écriture poétique et narrative, de création spontanée et d’analyse littéraire. Grand voyageur, il s’inspire de l’insolite et s’adonne à ce qu’il appelle la «motographie», un procédé de superposition de poésie et de photographie. Il a contribué au collectif De l’enfermement à l’envol, lequel a été conçu à la suite d’ateliers qu’il a donnés, à l’instar de quelques collègues, en milieu carcéral.


Le Dernier des Franco-Ontariens de Jean Marc Larivière, 1996, 57 min. 57 sec.

Le réalisateur franco-ontarien Jean Marc Larivière s’inspire du recueil de poésie Le Dernier des Franco-Ontariens de Pierre Albert pour construire son film éponyme qui amalgame des séquences fictives, des passages réalistes, des scènes adaptées du texte d’Albert et d’autres émanant de son imagination et de celle de sa scénariste Marie Cadieux. L’étude des rapports transfictionnels qui s’installent entre le livre et le film permet de soulever les problèmes de réception qu’une telle structure éclectique suscite et de tracer le parcours de spectature inhabituel, c’est-à-dire l’interaction entre le film et le spectateur, qu’elle fonde.



Direction musicale : Steve Hamel

Accompagnateur — percussionniste rythmique

Passionné par le mouvement et l’improvisation, Steve Hamel fait ses débuts comme accompagnateur-percussionniste puis se joint à différentes compagnies dont le Dance theatre David Earle et Code Universel. Il aime explorer les percussions provenant des traditions d’ailleurs en les alliant aux sonorités d’aujourd’hui afin de créer des univers riches qui s’inspirent de l’énergie des chorégraphes et des metteurs en scène avec lesquels il collabore. En 2010-2011, il est de la tournée internationale de Varekai du Cirque du Soleil. Sa rigueur et sa créativité font de lui un artiste recherché tant pour des spectacles et des productions d’envergure que pour de nombreux projets d’enregistrement. Steve est en quelque sorte l’ingrédient magique pour que monte la mayonnaise.


Six poètes (2014)

Daniel Aubin (Sudbury)
Daniel Aubin, poète et performeur originaire de Sudbury. Dans le cadre de sa formation à l’Université Laurentienne, il a participé à une quinzaine de productions dont Réalitrêve, un projet thèse pour lequel il signait le texte et la mise en scène. La même année, il publiait à Prise de parole, Plasticité, son premier recueil de poésie. Il vient de lancer son deuxième recueil de poésie, Néologirouettes, chez le même éditeur. 

Sonia Lamontagne (Sudbury)
Rien de moins que le prix Trillium (plus importante distinction littéraire en Ontario) pour son premier recueil, À tire d’ailes. Originaire de Fauquier dans le nord de l’Ontario, Sonia Lamontagne imprime une sensibilité nord-ontarienne à l’évocation du désarroi au quotidien de la jeunesse cherchant sa voie.

Serge Patrice Thibodeau (Moncton)
Serge Patrice Thibodeau est l’un écrivains les plus prestigieux de l’Acadie contemporaine. Deux fois lauréat du Prix du Gouverneur général du Canada, ce poète, essayiste et auteur de récits de voyage jouit d’une grande notoriété tant au plan national qu’international. Il est actuellement le directeur général et littéraire des Éditions Perce-Neige, à Moncton.

Jonathan Roy (Moncton)
Jonathan Roy est né à Bathurst et habite Caraquet. Après un baccalauréat en études littéraires à l’Université de Moncton et quelques textes publiés dans la revue Ancrages, il publiait en 2012 Apprendre à tomber, pour lequel il a reçu le prix littéraire Antonine-Maillet-Acadie-Vie. Depuis 2010, il fait aussi partie de l’équipe de coordination du Festival acadien de poésie de Caraquet. Avec le collectif SHOPPE-SHEDDE, il expérimente à mélanger la poésie et les arts visuels. Il dirige la collection Poésie / Rafale aux Éditions Perce-Neige. Récemment, il a travaillé à monter un dossier spécial sur la nouvelle poésie acadienne pour le compte de la revue Exit, qui a été publié en mars 2014.

Natasha Kanapé Fontaine (Montréal)
Née en 1991, Natasha Kanapé Fontaine est une poète-slameuse, une artiste visuelle et une militante écologiste. Innue de Pessamit, communauté innue de la Côte-Nord, elle a passé la majeure partie de sa vie en milieu urbain, dans la lignée de beaucoup d'autres jeunes autochtones. Remarquée d'abord à Rimouski où elle étudiait puis à Montréal, Natasha Kanapé Fontaine s'est vue propulsée sur la scène provinciale par ses prestations de slam, surnommée la slameuse territoriale. Fin 2012, elle publie un premier recueil de poèmes salué par la critique (en réimpression un mois plus tard), intitulé N'entre pas dans mon âme avec tes chaussures chez Mémoire d'encrier. Elle est récompensée en novembre 2013 en recevant le Prix de la Société des Écrivains francophones d'Amérique. Elle est maintenant établie à Montréal.

Thierry Dimanche (Sudbury)
Auteur de neuf recueils de poèmes depuis 2002, Thierry Dimanche vit à Sudbury depuis quelques années. Ses plus récents titres sont Théologie hebdo (L’Hexagone, 2013) et Le milieu de partout (Prise de parole, 2014). Outre de nombreuses participations à des lectures et événements publics, il a conçu et interprété le spectacle Des suzes de Brakchita, hommage multimédia à l’œuvre du poète Claude Gauvreau (Productions Rhizome). Sous le nom de Thierry Bissonnette, il enseigne la littérature québécoise à l’Université Laurentienne et a publié divers travaux.

Vidéos intégrales (2015-2016)

Voix de Paul Bossé live au Festival acadien de poésie de Caraquet montée sur les
images du film Les acadiens de la dispersion de Léonard Forest (2016)

Herménégilde Chiasson lors de la présentation du laboratoire, durée 18'57'' (2015)


Sonia Cotten sur la corde raide des amours du bœuf musqué, présentation du laboratoire, durée 15'08'' (2015)


Éric Charlebois, à Québec, le même soir, durée 22'31''(2015)

Extraits vidéo (2014-2015)


Amérique - édition 2015

Herménégilde Chiasson, extrait 3'30''


Sonia Cotten, extrait 4'28''


Éric Charlebois, extrait 3'22''
 


Amérique - édition 2014 

Voici la vidéo qui fut utilisée pour faire la promotion de la soirée.

Galerie photos (2016)

provenant du spectacle présenté au Festival acadien de poésie de Caraquet

Galerie photos (2015)

provenant de la soirée Écritures transcanadiennes

Herménégilde Chiasson

Galerie photos (2014)

provenant de la soirée cabaret festif au Cercle - Lab vivant

Conditions techniques

Espace

Salle de type boîte noire, cabaret ou bar


Son

2 micros overheads
1 micros kick
1 snaire 
2 directbox ( carte de son )

Éclairage et électrique

Un minimum d’une lumière est nécessaire pour les poètes

Vidéo

3 câble VGA de la régie aux projecteurs
1 ou 3 projecteurs vidéo 3000 lumens ou plus avec lentille adéquate

La scénographie vidéo sera adaptée au lieu de la présentation. Si la salle est déjà équipée, les équipements de la salle seront utilisés. Sinon, il est possible que Rhizome puisse fournir les équipements vidéo.






HAUT