ESPACE DIFFUSEUR

1 ...
2 ...
3 ...

...

CONTACTEZ-NOUS

TÈl.: 418-525-0305
Courriel : info@productionsrhizome.org
...

CRÉER UN COMPTE

PERDU VOTRE MOT DE PASSE?

Mardi 14 octobre 19 h
Salle Multi de Méduse
Adolescents et adultes
Durée du spectacle : 50 minutes
Macaron obligatoire
Réservation obligatoire : 418 641-6788, poste 125 ou info@quebecentouteslettres.com


Chez Rhizome, nous aimons provoquer la rencontre. Celle-ci est toujours interdisciplinaire, c’est-à-dire qu’un ou des auteurs rencontrent un ou des artistes d’une autre discipline. Nous aimons aussi prendre des risques parce que de ceux-ci naissent la surprise et l’innovation. Aussi, dans la majorité des cas, l’auteur et l’artiste ne se connaissaient pas avant. Ils se rencontrent donc pour la première fois dans un contexte de création. C’est là que l’expertise de Rhizome intervient. Ces genres de rencontres, nous les provoquons depuis plus de dix ans maintenant et nous avons développé un savoir-faire quant à l’encadrement et l’accompagnement des auteurs au travers de ces processus scéniques de création qui, la plupart du temps, les amènent hors de leur zone habituelle de confort. D’où l’intérêt pour nous et, surtout, pour eux!

Nous avons beaucoup associé la littérature dite (ou performée) aux arts audio. Depuis deux ans maintenant, nous développons l’idée de reproduire la même expérience avec la danse. Le projet étant de former des duos composés d’un auteur et d’un chorégraphe interprète. Une rencontre ayant lieu sur un autre territoire interdisciplinaire à laquelle se grefferait une dimension vidéo puis sonore. La finalité visée étant un spectacle littéraire conviant la danse par le biais d’un dispositif vidéo activé live durant la prestation scénique alors que l’auteur et l’artiste audio performent sur scène.

D’abord sommaire intitulé Poésie-Danse, ce projet a rendu son premier fruit sous la forme d’un spectacle au titre évocateur Les Oracles dont nous vous présentons ce soir le premier volet.

Avec Les Oracles, nous avons voulu construire des passerelles entre écrivains et chorégraphes. Premier tableau de ce qui deviendra un diptyque, Percées résulte de la rencontre entre la poète Catrine Godin et la chorégraphe Karine Ledoyen. Retriturés, rebrassés, remixés ensemble et transposés en d’autres langages, gestes et mots se retrouvent ainsi propulsés sur scène via un système de projection vidéo et sonore. Portés par la présence physique de l’auteure qui traverse la scène et celle du guitariste Philippe Franck, les mots dansés s’incarnent avec force et aplomb.

En première partie, Rhizome propose Liquidation totale (tout doit disparaître) qui rassemble la romancière et essayiste Martine Delvaux ainsi que la chorégraphe Manon Oligny. Il s’agit en fait d’une prémisse à ce que sera le 2e tableau de Les Oracles, une sorte d’hypothèse de travail où les univers de Martine Delvaux et de Manon Oligny font naître une œuvre poétique et acide, performée sur scène par la danseuse Marilyn Daoust.

Coproduit par Rhizome et Transcultures, avec le soutien de La Rotonde, Les Oracles est rendu possible grâce au soutien financier de l'Entente de développement culturel intervenue entre le ministère de la Culture et des Communications et la Ville de Québec, du Conseil des arts du Canada, du Conseil des arts et des lettres du Québec, de Wallonie-Bruxelles International et de la VIIIe Commission mixte permanente Québec/Wallonie-Bruxelles 2013-2015.

Crédits de création
Liquidation finale (tout doit disparaître)
•    Auteure : Martine Delvaux
•    Chorégraphe : Manon Oligny
•    Interprète : Marilyn Daoust

Les Oracles : Percées
•    Auteure : Catrine Godin
•    Chorégraphe : Karine Ledoyen
•    Concepteur sonore : Philippe Franck
•    Concepteur vidéo : Thomas Israël
•    Mise en scène et conception du spectacle : Simon Dumas
•    Interprètes (vidéo) : Fabien Piché, Ariane Voineau

Durée du spectacle : 50 minutes.



BIOGRAPHIES


Catrine Godin (Montréal)
Née à Québec en 1965, elle est établie à Montréal depuis 1989. Elle poursuit son travail en arts visuels et en littérature dont elle présente les démarches exploratoires sur son blogue Trajectoires vers l'incertain. Elle a collaboré à la revue française Les tas de mots. Tout en poursuivant sa démarche picturale, autant par la photographie que le dessin, les encres et la peinture, Catrine Godin est introduite à la poésie par une porte dérobée. Initié sur le site Internet de P.Q.O en 2001, le mouvement d’écriture s’intensifie sur Verslibres (Qc) en 2002-2005 et Aurore poétique (Fr) en 2004-2007. Elle fera partie de l’équipe de Francopolis.net – revue Internet de poésie de la francophonie – et de son comité de lecture en 2004-2005, y restera attachée jusqu’à l’extinction du forum d’écriture en 2011.

Martine Delvaux (Montréal)
Martine Delvaux est née en 1968. Depuis une quinzaine d'années elle vit à Montréal. Romancière et essayiste, elle a publié à ce jour trois romans chez Héliotrope : C’est quand le bonheur? (2007), Rose amer (2009) et Les cascadeurs de l'amour n'ont pas droit au doublage (2012). Elle enseigne la littérature à l’Université du Québec à Montréal.

Manon Oligny
(Montréal)
Bachelière en danse de l’Université du Québec à Montréal et active comme chorégraphe depuis 1992, Manon Oligny fonde en 1999 la Compagnie Manon fait de la danse au sein de laquelle elle œuvre en tant que chorégraphe, directrice artistique et productrice. Depuis 1993, Manon Oligny a créé et produit une vingtaine d’œuvres chorégraphiques inspirées par des ''mediums'' tels que le cinéma, la vidéo, la littérature ou la photographie, et a établi plusieurs collaborations artistiques, tant ici qu’à l’étranger. Manon Oligny travaille des concepts actuels en faisant naître des propositions chorégraphiques, toujours dans le souci d’obtenir une forme scénique allant au-delà d’une expérience purement esthétique. Cette chorégraphe aime la nature humaine. S’inspirant de la fragilité et de la complexité des êtres, elle aime se pencher sur la confrontation, l’épreuve, le doute et la quête. À travers un propos émouvant et souvent sarcastique, Manon Oligny met en scène le dérèglement et le chaos de l'âme. Depuis juin 2010, Manon Oligny occupe un poste de professeure invitée au Département de danse de l’Université du Québec à Montréal.

Philippe Franck
(Belgique)
Historien de l’Art, critique et concepteur culturel passionné par les transversalités contemporaines, Philippe Franck  est directeur de Transcultures, centre interdisciplinaire des cultures électroniques et sonores installé à Mons (Belgique). Il est directeur artistique du festival international des arts sonores City Sonics (Mons, Bruxelles et villes associées) qu'il a créé en 2003 et des Transnumériques. Il a été commissaire artistique de nombreuses autres manifestations d'arts contemporains, audios, hybrides et numériques en Europe, Amérique du Nord et Afrique du Nord. Depuis plus de vingt ans, il intervient dans divers colloques, séminaires, débats et commissions et écrit régulièrement sur ces sujets dans diverses publications belges et françaises. Il enseigne également les arts numériques à l'École Nationale Supérieure des Arts Visuels La Cambre (Bruxelles) depuis 2006. Depuis l’automne 2010, il est aussi adjoint à la direction artistique et directeur de programmation du Centre de production et de diffusion transfrontalier le manège.mons – secteur musiques, responsable de la création interdisciplinaire et des arts sonores, puis de la lecture et de l’écriture dans la population.

Transcultures

Lieu de contaminations transdisciplinaires, Transcultures est une association qui a été créée en 1996 à Bruxelles pour promouvoir et développer les croisements entre les pratiques artistiques/culturelles contemporaines et les enjeux arts/société/technologies. Elle explore plus particulièrement les champs de la création numérique et des arts sonores. Depuis 2003, Transcultures a lancé le festival City Sonic, un parcours d’installations sonores, performances et ateliers au cœur de la ville de Mons et, depuis 2005, elle coordonne la biennale Les Transnumériques, dédiée aux arts et aux cultures électroniques dans leur grande diversité. L'organisation Transcultures est actuellement installée à Mons sur le site des Anciens Abattoirs pour y développer un centre interdisciplinaire alliant production, médiation et réflexion pour les créateurs et les cultures numériques et sonores. Transcultures coordonne, pour la Fédération Wallonie-Bruxelles, les Pépinières européennes pour jeunes artistes, est membre fondateur du RAN- Réseau international des Arts Numériques et partenaire de Mons, Capitale européenne de la Culture en 2015.

Rhizome
Rhizome est un générateur de projets interdisciplinaires dont le cœur est littéraire. A travers ses productions, Rhizome cherche différents moyens de faire participer la littérature, en tant que discipline artistique, à une démarche interdisciplinaire de création. Le but est de favoriser son décloisonnement et, ce faisant, d’apporter à la pratique interdisciplinaire sa richesse sémantique.
Marilyn Daoust.

Diplômée du Baccalauréat en danse de l’UQAM en 2011, profil interprétation, Marilyn entame sa carrière professionnelle auprès de différents chorégraphes émergents et établis de Montréal. Interprète versatile et investie, elle collabore avec Lucie Grégoire, Kondition Pluriel pour l’ouverture du dôme de la SAT, Misteur Valaire, O Vertigo lors de la dernière soirée-bénéfice, 14 lieux dans Soak, La 2e porte à gauche lors du pARTy, ROY BOX, Tuque et Capuche ainsi que pour Liliane Moussa, notamment au Festival Internacional Danzalborde au Chili en 2012. Membre fondatrice de Collision Collective en 2013, un collectif interdisciplinaire enchevêtrant vidéo, danse contemporaine et musique, elle y développe son intérêt pour l’art vidéo et le poursuit notamment avec la compagnie de design multimédia Géodézik ainsi qu’avec les Productions les Demi Dieux via le projet Nathalie en Russie, chorégraphié par Louise Lecavalier. De plus, elle danse pour Manon Oligny à l’évènement TRANSIT du photographe Nicolas Ruel, dans l’œuvre déambulatoire in situ Où est Blanche-Neige? (41 représentations) ainsi que dans la pièce CRASH; Quand le jeu vidéo rencontre la danse contemporaine.









HAUT